Passion

Dans le dernier épisode de notre série dédiée aux coulisses de Maranello, nous nous rendons sur la chaîne de montage, où après le délicat travail effectué dans l’atelier de peinture, le châssis est enfin prêt pour que l’homme et la machine passent ensemble à la phase d’assemblage
Texte : Tim Bradley
Monteur: Oliver McIntyre

La chaîne de montage est l’endroit où Ferrari est vraiment née. Une danse frénétique et complexe entre la robotique et l’humain, tous deux travaillant avec minutie pour donner vie à une création parfaite : l’ultime Cheval cabré qui sortira de l’usine.

 

Une gamme de châssis de véhicules fraîchement peints arrivent chaque jour à la première étape de la chaîne de montage. Plus de la moitié d'entre eux seront déclinés dans des palettes complètement différentes, laissant la possibilité aux clients de choisir parmi environ 2 millions de combinaisons de couleurs.


Jetez un coup d'œil rare à l'intérieur de la chaîne de montage automobile à Maranello alors que les Ferrari sont assemblées

Les premières étapes de la chaîne sont entièrement automatisées : les machines soulèvent le châssis à l’aide d’énormes « crochets en C ». À ce stade, les voitures sont essentiellement séparées en deux parties, le haut et le bas. Le bas sera équipé du groupe motopropulseur provenant de la chaîne de montage moteur. Quant au haut, il sera doté du circuit électrique avant d’être uni à la section inférieure.

 

Il s’ensuit une série d’étapes bien rodées et extrêmement minutieuses, comprenant entre autres la mise au point d’éléments de la carrosserie tels que le célèbre emblème Scudetto ou l’installation de lourds tableaux de bord habillés de cuir : cette tâche difficile implique qu’un robot spécialisé soit guidé manuellement dans le petit espace de l’habitacle, pour positionner méticuleusement le tableau de bord sans endommager l’intérieur.

 

Pour la plupart des étapes de la chaîne de montage, chaque technicien hautement qualifié vérifie que toutes les vis et fixations sont serrées et que la qualité est conforme avant de passer au véhicule suivant.

 

Le volant et les sièges équipés sont soigneusement montés par les techniciens au moyen d’outils spéciaux afin que tout soit parfait. On passe ensuite au travail sur la carrosserie : les pare-chocs sont fixés autour des capteurs et des phares positionnés à l’avant et à l’arrière.

 

Pendant ce temps, au milieu des bruits des machines à coudre, les selliers garnisseurs prennent d’énormes bandes de cuir, les marquent pour noter les imperfections, puis les transfèrent à une machine de découpe afin de garantir que seules les pièces les plus fines seront utilisées pour la sellerie de la voiture.

 

En fin de ligne, le véhicule fini roule majestueusement, prêt à se soumettre à des tests approfondis et au contrôle qualité. Le lendemain, d’autres voitures en cours de production arrivent et la danse recommence…


26 luglio, 2022