Courses

La France est le pays du plus ancien Grand Prix au monde. Cette année, elle verra Charles Leclerc et Carlos Sainz se battre pour remporter la 18ème victoire de la Scuderia. Il y a à peu près 70 ans, Ferrari enregistra sa deuxième victoire au GP de France, dans une course que beaucoup disent être le plus grand Grand Prix de tous
Texte : Gavin Green

Malgré un début controversé, la « Course du siècle » s’est terminée avec le pilote anglais Mike Hawthorn, s’attitrant à 24 ans son premier Grand Prix au volant d’une Ferrari. Le GP de France 1953 a été marqué par un duel entre le jeune Hawthorn et le vétéran Juan-Manuel Fangio – le plus grand pilote des années 50 – au volant d’une Maserati.


Ils mènent tour à tour une grande partie de la course, en s’échangeant souvent la place à chaque virage et en distançant le reste du peloton. Au bout de 500 km et 2h45 d’action frénétique roue contre roue, les trois premières voitures franchissent la ligne d’arrivée avec seulement 1,4 seconde d’écart.

La course était incroyablement serrée, avec Hawthorn et Fangio en tête-à-tête lors des phases finales

Le GP s’est déroulé sur le circuit de Reims, réputé pour ses longues lignes droites et ses grandes vitesses. La course de cette année-là démarra étonnamment trois heures après une course de voitures de sport de 12 Heures à laquelle certains des pilotes de GP participèrent, notamment Luigi Villoresi de Ferrari et le très prometteur Stirling Moss, qui en sorti vainqueur. 


En tête du peloton, la Ferrari 375 MM fut disqualifiée de la course de 12 Heures pour un soi-disant démarrage poussé et une extinction anticipée des phares. La Scuderia protesta ainsi que de nombreux spectateurs qui ne manquèrent pas d’huer cette décision. Ferrari menaça de boycotter le GP. À la suite d’appels frénétiques entre Maranello et Reims, Ferrari accepta enfin de disputer la course pour divertir le public avec l’une des courses les plus serrées de l’histoire du GP.


Alberto Ascari, vu ici lors de ses débuts en F1 quelques années plus tôt, avait remporté les trois GP précédents alors que Ferrari se dirigeait vers la France en 1953

Les voitures de la saison 1953 du championnat du monde, comme en 1952, couraient sous la réglementation Formule 2 et non Formule 1.  Les organisateurs du GP s’étaient inquiétés du fait que seule Ferrari avait une F1 vraiment compétitive, ils choisirent alors de changer les règles pour attirer plus d’équipes en espérant aussi rendre la course plus serrée. 


La Ferrari engagée pour les éditions 1952 et 1953 était la Tipo 500 propulsée par un moteur à quatre cylindres conçu par Aurelio Lampredi avec une capacité maximale autorisée de 2 litres. Le principal rival de la Scuderia était Maserati, dont l’usine n’était que deux rues plus bas à Modène. Malheureusement pour les organisateurs, le passage au règlement de la F2 n’empêcha pas Ferrari de dominer l’épreuve. Au cours des deux années où les GP du championnat ont été soumis au règlement de la F2, Ferrari a remporté 14 courses sur 15.


Le champion du monde en titre Alberto Ascari s’était adjugé les trois GP précédents avant que les équipes ne se rendent en France. Pour Reims, la Scuderia avait engagé quatre voitures pour Ascari, Villoresi, l’ancien champion du monde Nino Farina et le jeune Hawthorn. Ils rivalisaient avec quatre Maserati dont les pilotes étaient notamment Fangio et l’ancienne star de Ferrari, José Froilán González. Les écuries anglaises Connaught, Coopers et HJM ainsi que la française Gordini étaient également engagées dans la course mais leurs chances de battre la puissance des deux équipes italiennes étaient presque nulles.


Le célèbre pilote Ferrari et peut-être le plus grand pilote des années 50, Juan-Manuel Fangio conduisait une Maserati quand Hawthorn l'a battu à travers la ligne d'arrivée

Hawthorn est parti de la septième place sur la grille de départ. Il était plutôt simple de doubler sur les longues lignes droites du circuit de Reims, ce qui permit de changer continuellement l’ordre de la course. Pendant une grande partie de la course, sept voitures s’affrontèrent pour prendre la tête, avant que Hawthorn et Fangio ne s’éloignent loin devant, laissant Ascari et González lutter pour décrocher la troisième place. À deux tours de la fin, Hawthorn et Fangio en décousent sur la ligne d’arrivée. Lorsque le drapeau tombe, les pilotes franchissent la ligne d’arrivée dans cet ordre, avec très peu de secondes d’écart : Hawthorn, Fangio, González et Ascari.


C’était le deuxième triomphe de Ferrari au plus ancien Grand Prix du monde. Charles Leclerc et Carlos Sainz aspirent cette année à gagner la 18ème victoire (de loin le record le plus élevé parmi tous les constructeurs). Pour Hawthorn, c’était le début d’une carrière réussie chez Ferrari, culminant avec la victoire au Championnat du monde 1958. Cependant, l’Anglais, célèbre pour avoir couru en nœud papillon, fut profondément affecté par la mort de son ami et coéquipier Peter Collins lors du GP d’Allemagne la même année. Il arrêta la compétition à la fin de la saison. Bien qu’ayant survécu aux dangers des Courses de Grand Prix, il perdit cependant la vie dans un accident de la route en Angleterre trois mois après avoir pris sa retraite, à seulement 29 ans.