TROUVER L’INSPIRATION : LA 296 GTB

Voitures

D’où viennent les lignes d’une aussi belle voiture que la 296 GTB ? Nous avons rencontré l’équipe de conception, qui nous a révélé les défis qu’elle a dû relever pour produire la voiture. Tout est parti d’un simple crayon...
Texte : Giosue Boetto Cohen
Photos : Billy Galliano

Aujourd’hui comme hier, la naissance d’une nouvelle Ferrari représente l’aboutissement d’un processus créatif très complexe qui implique toutes sortes de compétences et présente des défis infinis aux designers et aux ingénieurs qui ont la chance d’en faire partie.

Le talent de ceux qui les ont précédés a souvent touché au sublime. Les designers de Maranello ressentent-ils l’angoisse de la page blanche propre à l’artiste du troisième millénaire ? C’est l’une des questions auxquelles nous avons tenté de répondre en rencontrant les principaux créateurs de la Ferrari 296 GTB. Avec eux, nous avons essayé de découvrir les facteurs qui déterminent la forme d’un nouveau modèle - en particulier celle de cette berlinetta.


« Dans le cas de la 296 GTB, je dirais que nous avons “sauvé” environ 80 % du croquis original », déclare Stefano De Simone, à qui l’on doit la carrosserie de la voiture

Pour commencer, rappelons que les deux chefs de file du projet qui ont supervisé, sous la direction de Flavio Manzoni, la genèse de la 296 GTB, ont tous deux grandi en dessinant à main levée. Ce qui pourrait en surprendre et, peut-être, en rassurer plus d’un.

Au carrefour de la « génération X » et des « Millennials », Carlo Palazzani et Angelo Nivola sont les directeurs respectifs du design extérieur et intérieur des voitures sportives. 

« La forme de la 296 GTB a mis un peu plus d’un an à apparaître », explique Palazzani (qui était assisté par Stefano De Simone, Jason Furtado et Adrian Griffiths). « Il y avait de nombreux croquis, qui ont rapidement été passés au crible de l’intelligence artificielle, puis rendus sous forme de modèles de style. Le projet est ensuite entré dans une sorte d’incubateur, où chaque composant - esthétique et technologique - a atteint sa maturité. Au total, cela a pris plus de trois ans. » Un laps de temps qui représente près de la moitié de ce qui était nécessaire au début du millénaire, mais qui est encore à des années-lumière de la rapidité fulgurante (à peine trois mois après les premières esquisses) avec laquelle les maîtres des années 60 prétendent avoir mis leurs prototypes sur la route. 

« Le thème de la 296 GTB était extrêmement clair et simple en apparence », explique Angelo Nivola, directeur du design intérieur des voitures sportives, assisté de Nicola Bevilacqua. « Le plaisir de conduite était le concept phare : une réduction de l’empattement et la volonté de garder des volumes compacts ont été les premières étapes, ainsi qu’une attention particulière portée au contenu intérieur. Parce que, rappelons-le, le plaisir de conduite, dans sa dimension la plus physique et la plus immédiate, est transmis par le volant. »


Sous la direction de Flavio Manzoni, le thème de la 296 GTB était clair pour les designers : faire une voiture aussi amusante à conduire que possible

Le briefing - tant pour l’intérieur que pour la carrosserie - a été transmis aux équipes créatives qui ont travaillé en totale autonomie, bénéficiant du soutien de leurs directeurs respectifs et du directeur du design.

« Dans le cas de la 296 GTB, je dirais que nous avons “sauvé” environ 80 % du croquis original », déclare Stefano De Simone, à qui l’on doit la carrosserie de la voiture. « Nous sommes tous satisfaits et la méthode de travail a une fois encore parfaitement fonctionné. »

De Simone souligne : « Il y a beaucoup de détails à prendre en compte : l’avant, aussi simple qu’harmonieux, la prise d’air, qui renforce l’arrière musclé, l’attention que nous avons portée à la façon dont les surfaces jouent avec la lumière et mettent en valeur les lignes avec les bons reflets. » 

Revenant sur la conception de l’intérieur, Nivola explique que la fonctionnalité et le plaisir de conduite ont généré la beauté. Avec Roberto Mastruzzo, responsable du design des composants, « nous sommes partis d’exigences très simples, avec un écran “enveloppant” positionné directement devant le conducteur. Tout ce qui est nécessaire est au bon endroit ; les yeux, la concentration du conducteur : rien ne se perd dans des éléments superflus ou lointains. »


La conception et le développement de la 296 GTB ont été incroyablement rapides par rapport aux délais habituels, prenant environ un an entre les esquisses initiales et les tests et trois ans au total

Carlo Palazzani poursuit : « Je conclurais en rendant hommage au design de la partie arrière. Je considère que la vue de trois quarts arrière de la 296 GTB est l’une des plus grandes réussites du design Ferrari de ces 50 dernières années. Le développement esthétique et technique sont allés de pair, en partant de l’échappement central, qui remonte en forme de “Y” pour soutenir le pont à finition noire entre les feux. » Il continue : « Ce n’est pas un exercice de style, mais le profil élancé résultant d’un système qui crée une charge de 300 à 400 kilogrammes sur l’essieu arrière. Et puis il y a les grilles d’évacuation de la chaleur ; elles aussi sont encadrées par un design qui, selon moi, confine à la perfection. »