Passion

Pour célébrer l’Equal Salary Certificate (certificat d’égalité salariale) reçu pour la deuxième année consécutive, Ferrari lance une nouvelle initiative sur les réseaux sociaux. Huit employés se sont amusés devant la caméra
Texte – Ross Brown

C’est une bien triste lapalissade, mais quand il s’agit de parité au travail, les robots sont unanimes contrairement aux êtres humains :

les machines travaillent en harmonie absolue, côte à côte, complémentaires et égales, sans être gênées par les inégalités sociales et monétaires auxquelles sont trop souvent confrontés leurs homologues humains.
Cette comparaison n’est pas passée inaperçue chez Ferrari, où l’égalité entre les hommes et les femmes n’est pas un banal sujet de conversation autour d’un café ; c’est un aspect fondamental de la vie professionnelle pour lequel l’entreprise lutte sans relâche. Et comme toute chose qui mérite que l’on se batte pour elle, le succès n’est pas arrivé du jour au lendemain.

L’année dernière, Ferrari est devenue la première entreprise italienne à obtenir l’Equal Salary Certificate, qui garantit l’égalité salariale entre les hommes et les femmes ayant les mêmes qualifications et occupant les mêmes postes au sein de l’entreprise. Ce n’était que le premier pas d’un long voyage.

« Nous sommes fiers de recevoir cette certification », avait déclaré l’entreprise à l’époque. « L'égalité de traitement et des chances ne se résume pas au principe essentiel de l’équité. C’est un pilier fondamental pour attirer, conserver et développer les meilleurs talents afin de favoriser l’innovation et la croissance à long terme ».

L'égalité par la collaboration, le respect et la confiance sont un aspect fondamental de la vie professionnelle chez Ferrari

Bien sûr, il aurait été plus facile d’en rester là. Un certificat, une attestation mondiale, un personnel reconnaissant : mission accomplie. Mais Ferrari n’a jamais été du genre à se reposer sur ses lauriers. Pour elle, 2020 n’était que le début.

Elle a obtenu le certificat l’année dernière qu’au terme de huit mois d’un examen minutieux conduit par le cabinet d’audit international PwC, qui utilise pour ses études une méthodologie reconnue par la Commission européenne. Cette année, Ferrari a redoublé d’efforts pour rendre le lieu de travail encore plus inclusif qu’il y a douze mois. L’entreprise s’est évertuée à dépasser la simple notion de base de l’égalité salariale pour s’intéresser à des concepts moins tangibles, mais tout aussi cruciaux, comme l’esprit d’équipe, le respect mutuel et surtout la confiance.
Aujourd’hui, ces efforts ont porté leurs fruits, puisque PwC a mis les revendications de l’entreprise à l’épreuve, en étudiant en profondeur les diverses initiatives mises en place au cours de l’année dernière. Des focus groupes et des entretiens ont été menés auprès de l’ensemble du personnel de Ferrari, du Président aux ateliers. Le résultat final a confirmé la certification d’égalité salariale, non seulement pour les activités en Italie, mais également pour l’Amérique du Nord.

Pour une entreprise dont l’ADN repose sur le fait d’attirer, de conserver et de développer les meilleurs talents disponibles, cela prouve que le mérite, et non le sexe, est la clé du succès des temps modernes.

Présentation, de gauche à droite : Paride Fabiani et Cecilia Tomasetti ; Giulio Lapini et Sofia Chitto ; Anna Maria Righini et Marco Mainolfi ; Giovanni Nisi et Palmina Carparella

22 luglio, 2021