La beauté de la berlinetta

Voitures

Depuis plus de 70 ans, Ferrari donne vie à certaines des plus belles berlinetta que l’on puisse imaginer. Voici un hommage à certains des exemplaires les plus emblématiques

Enzo Ferrari a toujours estimé qu’une voiture sportive devait être un modèle avec lequel aller en toute élégance sur un circuit, y disputer une course et enfin revenir à la maison. C’est un type de voiture que l’on appela berlinetta dès les années 30 en Italie : un coupé à deux portes biplace ou 2 + 2. Son moteur puissant et sportif était aussi à l’aise sur la route que sur le tracé de la Mille Miglia.

D’ailleurs, l’un des premiers exemples de berlinetta Ferrari triompha à la Mille Miglia de 1948. Le coupé 166 fabriqué par Allemano était équipé d’un moteur V12 de 2 litres qui pouvait propulser la voiture à une vitesse impressionnante de 170 km/h. Pourtant, ce n’est que plus tard, en 1956, qu’Enzo Ferrari décida de faire du nom berlinetta une désignation officielle. C’est ainsi que naquit la 250 GT Berlinetta.  

La 250 GT Berlinetta de 1956 était une voiture qui excellait sur route et sur piste

S’il est vrai que d’autres constructeurs ont utilisé la même expression, c’est le Cheval Cabré qui devint synonyme de Berlinetta. Ferrari a su offrir au monde entier une nouvelle version du concept de Berlinetta en mesure de repousser les limites du style, de l’innovation et des performances. 

Aujourd’hui encore, elle est considérée comme l’un des plus beaux coupés sportifs jamais construits. La 250 GT Berlinetta a été carrossée par le carrossier italien Scaglietti et équipée du moteur V12 de 3 litres de Gioacchino Colombo.  Ses performances écrasantes dans la course d’endurance du Tour de France lui ont valu de signer quatre victoires consécutives dès 1956 et d’être officieusement appelée la TdF. En 1959, son empattement a été raccourci de 20 cm, et c’est ainsi qu’on la désigna passo corto (empattement court) pour la différencier de la version précédente passo lungo (empattement long). 


Ferrari a fait sien le terme Berlinetta pendant de nombreuses décennies, avec quelques exemples étonnants, notamment l'emblématique 512 BB, la 296 GTB et la 348 TB

En 1962, Maranello utilise à nouveau cette appellation pour l’attribuer toutefois à un modèle qui marqua un changement net avec ses prédécesseurs plus sportifs. Avec ses équipements plus raffinés, elle offrait une expérience plus luxueuse à son propriétaire. Dessinée par Pininfarina, la Ferrari 250 GT Berlinetta s’est immédiatement imposée comme l’une des plus belles voitures au monde ainsi que l’une des plus convoitées par les stars du cinéma et du rock. 

Les noms des modèles suivants inclurent le mot berlinetta sous forme d’acronyme. Cela devint la norme pour les voitures de sport Ferrari, dès la 275 GTB de 1964 jusqu’au dernier coupé, la 296 GTB, qui signifie Gran Turismo Berlinetta. 

Il y eut cependant quelques exceptions à cette règle, la première fut en 1971 avec le lancement de la 365 GT4 BB, où BB signifiait ouvertement Berlinetta Boxer. La 365 GT4 BB était équipée d’un V12 de 4,4 litres à 180°, les deux lettres B faisait référence aux deux rangées de six cylindres formant un V12 à plat comme ceux que l’on trouvait dans les voitures de la Scuderia Ferrari de l’époque.  Le changement a porté ses fruits : la 365 GT4 BB était la première Ferrari de route à pouvoir atteindre 300 km/h. 


La F12 Berlinetta a vraiment tout changé lorsque Ferrari l'a lancée en 2012. La voiture la plus rapide jamais sortie de Maranello, elle a repoussé les limites de l'aérodynamique et a reçu des critiques élogieuses

Dans les années 80, aux côtés de la Testarossa et de la F40, au style immédiatement reconnaissable, la 328 GTB fut remplacée par la 348 TB, la lettre T faisant référence à la boîte de vitesses transversale et la lettre B à la berlinette. Puis, en 1997, la marque dévoila la F355 F1 Berlinetta équipée d’une boîte de vitesses avec des actionneurs électrohydrauliques directement dérivée des voitures de Formule 1 de la Maison de Maranello. Les palettes se trouvaient derrière le volant pour changer plus rapidement de vitesse. Le modèle a connu un énorme succès, son moteur V8 de 380 ch et 3,5 litres atteignait une vitesse de pointe de 295 km/h et une accélération de 0 à 100 km/h en 4,7 secondes. 

Le nom berlinetta revint sur le devant de la scène avec la F12berlinetta de 2012, le modèle à 12 cylindres qui conquit les amateurs du monde entier par son style et sa puissance. Un V12 de 6 262 cm3 à injection directe en a fait la voiture de série la plus rapide et plus puissante jamais construite par la marque. En effet, elle passait de 0 à 100 km/h en seulement 3,1 secondes et atteignait une vitesse de pointe redoutable de 340 km/h. 

La F12berlinetta fut une innovation en matière d’aérodynamisme. Elle comprenait 12 alliages différents pour gagner en légèreté et était propulsée par un moteur de 740 ch. La réaction de la presse internationale fut unanime : étonnante, grisante, un triomphe total, voici quelques-uns des éloges que reçut la voiture. 

En 2021, le lancement de la 296 GTB à moteur central-arrière marqua le dernier chapitre de l’histoire de la berlinetta. Avec un V6 hybride rechargeable de 3 litres déployant une puissance de 830 ch, elle est incontestablement le successeur d’une lignée de berlinettes à moteur V8 dont le succès phénoménal débuta en 1975 avec le lancement de la 308 GTB. L’héritage historique de la berlinetta est bel et bien là.