Courses

Il y a vingt-deux ans ce mois-ci, Michael Schumacher s’imposait à Imola et Ferrari partait à la conquête de son premier Championnat du monde Pilotes en plus de 20 ans
Texte : Gavin Green

Le Grand Prix d’Émilie-Romagne a lieu à Imola ce dimanche. Un pilote Ferrari, Charles Leclerc, est confortablement installé en tête du Championnat du monde 2022 et Ferrari bénéficie d’un solide avantage au Championnat Constructeurs. Jusqu’à présent, Ferrari a dominé la saison avec le pilote le plus rapide et la meilleure voiture.


Le parallèle entre aujourd’hui et il y a 22 ans est palpable. Aujourd’hui comme à l’époque, Ferrari connaît une renaissance en F1. Aujourd’hui comme à l’époque, un jeune pilote caresse le rêve de rejoindre la prestigieuse liste des champions du monde Ferrari. 


Cela fait 15 ans qu’un pilote Ferrari n’a pas été titré. En 2000, cela faisait 21 ans, même si Ferrari avait remporté trois titres constructeurs au cours de cette période qui atténuaient la douleur.


Tout comme le fit Michael Schumacher il y a 22 ans, Charles Leclerc scrute l’histoire en 2022.


Michael Schumacher est de loin le pilote Ferrari F1 le plus titré de tous les temps : 72 victoires en Grand Prix et cinq titres

Le Grand Prix de Saint-Marin à Imola, qui s’est déroulé le 9 avril 2000, était la troisième manche du Championnat du monde. Schumacher se lança sur le circuit d’Émilie-Romagne, à l’est de Bologne, en visant trois victoires d’affilée. L’Allemand s’était imposé en Australie et au Brésil, même si au cours de ces deux courses Mika Häkkinen, le double champion du monde en titre, avait signé la pole position au volant de sa McLaren-Mercedes. Häkkinen rencontra des problèmes de fiabilité lors des deux courses. Cela permit à Schumacher de prendre une bonne avance au championnat alors que les pilotes se rendaient à Imola. Encore une fois, le parallèle avec 2022 et le champion du monde en titre Max Verstappen est évident. 

Imola occupe une place particulière pour Ferrari et l’Autodromo Internazionale Enzo e Dino Ferrari est un endroit où Ferrari aime gagner

Imola occupe une place particulière pour Ferrari. Tout d’abord, c’est en Italie, donc, comme à Monza, les tifosi se feront entendre et agiteront le drapeau rouge. Aspect non moins négligeable, le circuit porte le nom du fondateur de Ferrari et de son fils. L’Autodromo Internazionale Enzo e Dino Ferrari est un endroit où Ferrari aime gagner. 


De retour à Imola en 2000, Schumacher fut déçu lorsque Häkkinen signa de nouveau la pole position. Parti en deuxième position sur la grille de départ, il conserva sa place au début de la course avant de se battre avec le « Finlandais volant » tout au long du Grand Prix. Saisissant sa chance au moment où Häkkinen effectua son deuxième arrêt aux stands, il « poussa alors très fort » pour creuser l’écart et conserver son avance après un deuxième arrêt rapide comme l’éclair. Il rafla la victoire d’un peu plus d’une seconde. 


Trois victoires sur trois : Ferrari s’apprêtait à remporter son premier Championnat du monde Pilotes depuis la victoire de Jody Scheckter en 1979. Mais la Formule 1 est rarement prévisible... Häkkinen riposta en gagnant quatre courses et au moment où le Grand Prix d’Italie se profilait en septembre, le pilote McLaren dominait le classement. Le destin peut rapidement changer en F1 comme le sait très certainement Charles Leclerc. 


Schumacher parti en deuxième position sur la grille de départ et rafla la victoire d’un peu plus d’une seconde

Heureusement pour la Scuderia, à Monza Schumacher mena la course et réalisa avec son coéquipier Rubens Barrichello un doublé pour Ferrari. L’ingénieux Allemand remportera ensuite les trois Grands Prix restants et décrochera son premier titre mondial avec Ferrari.


Le premier de ses cinq titres pilotes consécutifs avec la Scuderia. Il est de loin le pilote Ferrari F1 le plus titré de tous les temps : 72 victoires en Grand Prix et cinq titres. Niki Lauda se trouve loin derrière, avec 15 victoires et deux titres mondiaux. 


Il s’adjugea le Championnat 2000 d’un souffle. En comparaison, l’année 2001 fut marquée par une domination totale. Schumacher remporta neuf courses et marqua plus du double de points que son plus proche adversaire. Sa dernière victoire au Championnat du monde 2004 fut encore plus évidente : il remporta 12 des 13 premières courses et gagna 13 Grands Prix sur 18.


Il courut pour Ferrari pendant deux autres saisons et prit sa retraite fin 2006. Il occupa le rôle de « super assistant » pour l’écurie, avant de rejoindre la nouvelle équipe Mercedes-Benz. En 2013, à quelques semaines de son 45e anniversaire, il fut victime d’un accident de ski qui entraîna une grave lésion cérébrale. À ce jour, il est toujours en rééducation.