Des héros méconnus : Giancarlo Baghetti

24 March 2021

Gavin Green

Une nouvelle série met en lumière les pilotes Ferrari restés dans l’ombre. Le premier d’entre eux est Giancarlo Baghetti, qui gagna pour la Scuderia non seulement lors de ses débuts dans le Championnat du monde de Formule 1, mais remporta également la toute première victoire à bord d’une Ferrari F1 à moteur central


En plus d’avoir été le vainqueur de la course inaugurale de Formule 1, Giancarlo Baghetti est le seul pilote à avoir remporté son premier Grand Prix de Championnat du monde. En fait, il remporta ses trois premières courses de Formule 1, toutes pour Ferrari.

Ses deux premières victoires eurent lieu lors d’épreuves disputées hors championnat précédant le début de la saison 1961. Elles n’auraient peut-être pas compté pour le décompte des points de fin de saison, mais ce furent des événements importants à l’époque, Baghetti rivalisant contre des pilotes comme le champion du monde en titre de Formule 1 Jack Brabham, Stirling Moss, Jim Clark, Graham Hill et Dan Gurney au GP de Syracuse en avril 1961.

Peu importe l’adversaire, Baghetti gagna sur l’île italienne de Sicile, ses performances démontrant également les prouesses de la première F1 à moteur central de Ferrari, la 156. Trois semaines plus tard, contre une opposition plus limitée en raison du Grand Prix de Monaco ouvrant le championnat de F1 le même week-end, Baghetti s’imposa de nouveau lors du GP de Naples.

Pourtant, quand il arriva au GP de France en juillet 1961, la quatrième manche de la saison de Formule 1 de cette année-là, la plupart des gens s’attendaient à ce que le débutant italien connaisse une vraie débâcle.

C’était la première course de Championnat du monde de Baghetti, âgé de 26 ans. Il conduisait sans aucun doute la meilleure voiture, la nouvelle 156 « sharknose » de Ferrari - son surnom en raison de la forme caractéristique de son nez à deux grosses narines. Mais il en était de même pour ses plus illustres coéquipiers, les Américains Phil Hill et Richie Ginther, et l’Allemand Wolfgang von Trips - et ils avaient tous le dernier et plus puissant moteur V6 à disposition. De plus, Moss, Brabham, Clark, Hill et les autres étaient eux aussi dans la course. Personne ne misait vraiment sur Baghetti, malgré ses deux impressionnantes victoires de GP hors championnat.

Il ne réalisa que le 12e temps lors des qualifications, mais le jeune Italien se fraya un chemin à travers le peloton de manière impressionnante, faisant preuve d’une maturité et d’un sang-froid étonnants alors que les trois autres ferraristes eurent tous des problèmes mécaniques. En fin de course sur le circuit à grande vitesse de Reims, il se battait pour la tête. Lors de la dernière ligne droite vers la ligne d’arrivée, la Ferrari de Baghetti dépassa la Porsche de Dan Gurney, gagnant de 0,1 seconde.

Baghetti devint non seulement le premier pilote à remporter son premier GP, mais il fut également le premier Italien à remporter une course de Championnat du monde de F1 depuis Luigi Musso en 1956. De plus, il le fit à bord d’une Ferrari. L’Italie tenait son nouveau héros de course, qui était arrivé sur le devant de la scène de façon incroyable.

Baghetti avait d’abord attiré l’attention d’Enzo Ferrari en remportant le Championnat d’Italie de Formule Junior en 1960, un terrain fertile pour les champions en devenir. Amoureux de son pays et soucieux de promouvoir ses jeunes compatriotes prometteurs, Enzo aida à mettre en place une équipe semi-officielle qui monterait occasionnellement à bord de l’une des nouvelles Ferrari 156 pour les jeunes.

La prochaine course de Championnat du monde était le Grand Prix de Grande-Bretagne à Aintree. Les Ferrari dominèrent la course, son trio de pilotes chevronnés réalisant un triplé (Von Trips remporta la course devant Phil Hill et Ginther). Baghetti eut un accident alors qu’il était 10e. Juste après la sortie de route de sa Ferrari, le commentateur de la course annonça de manière mémorable : « Baghetti a enfin perdu ! ».

Il ne finirait plus jamais parmi les trois premiers d’un Grand Prix de Championnat du monde. L’année suivante, il conduisit à nouveau pour Ferrari, mais 1962 fut une saison moins brillante pour la Scuderia après que Hill et la Scuderia aient remporté les titres pilotes et constructeurs en 1961. Le meilleur résultat de Baghetti fut la quatrième place du Grand Prix des Pays-Bas d’ouverture du championnat. Il quitta Ferrari après 1962 et prit sa retraite en 1968, à 33 ans seulement.

Contrairement à la plupart des pilotes de F1, Baghetti connut le succès au début de sa carrière. À la retraite, il profita de la vie, travaillant tour à tour comme photographe et journaliste de sport automobile. Il décéda d’un cancer à l’âge de 60 ans en 1995. Il déclara à la fin de sa vie qu’il aurait peut-être dû prendre sa retraite à la fin de l’année 1961. « De cette façon, tout le monde se serait souvenu de moi comme d’un phénomène. »